Management Multiculturel (Tome 1)

ISBN9782730216197 EditorÉditions de l'École Polytechnique, Paris pages338 Published2015-12-31
Buy paper version
Share

Back Cover

« C'est compliqué », les « Japonais sont rigides », les « Français sont latins », « les Indiens sont complexes », les « Coréens sont des cow-boys » résument bien quelques-unes des expressions les plus fréquemment entendues dans les entreprises françaises lorsqu'il s'agit de décrire les relations interculturelles dans le management. Confrontés à d'autres façons de faire et de penser le travail et les organisations, combien de dirigeants ou salariés, ingénieurs ou cadres, ont ressenti cette inquiétude - ou cette exaspération - devant les difficultés à exprimer et à mettre en oeuvre des décisions pourtant conçues « logiquement » et « rationnellement » depuis leur bureau en France. Avec l'accélération de la mondialisation, ce qui pouvait apparaître un temps comme marginal ou anecdotique devient un enjeu majeur pour les entreprises ou les dirigeants politiques. Mais que se passe-t-il réellement dans ces situations de management multiculturel ? Quelle place prennent les outils et les modèles de gestion dans ces processus ? Comment les ingénieurs et cadres français se débrouillent-ils dans ces situations de gestion délicates tant par leurs enjeux économiques ou techniques que par les risques « d'impolitesse » qu'elles recèlent ? C'est dans ce contexte que le programme de la chaire « management multiculturel et performances de l'entreprise » Renault-Polytechnique-HEC a été lancé en 2007 à l'initiative de Carlos Ghosn, PDG de Renault et de Nissan.
Ce livre présente les résultats de 5 ans de recherches menées par les étudiants de la chaire dans le cadre d'une posture conceptuelle et méthodologique particulière mise au point dans ce programme.
Cet ouvrage présente des études comparatives. Il s'agit de montrer comment les mêmes questions techniques et de gestion peuvent être traitées de façon différente dans des entreprises et des pays différents et comment cet encastrement des pratiques dans des histoires particulières et des systèmes organisationnels différents explique les difficultés de coopération et de compréhension qui peuvent être rencontrées.